tt ads

Finalement, Huawei ne va pas utiliser les données de OpenStreetMaps pour remplacer Google Maps. L’entreprise a préféré compter sur les technologies de TomTom.

Privé de licence Android à cause du Huawei ban, Huawei doit relever un défi majeur : trouver ou créer des alternatives à l’ensemble des applications et services de Google. Vu l’enracinement des services de Google dans Android, la tâche peut être qualifiée de titanesque. Mais, Huawei n’a pas été intimidé et s’est rapidement lancé dans la conception de son propre propre système d’exploitation, de son magasin d’applications (AppGallery) et de son alternative aux GMS.

Avec la sortie de ses prochains P40 qui approche, le géant chinois vient de signer un partenariat avec l’entreprise néerlandaise de cartographie TomTom. Selon les termes du Contrat, Huawei pourra exploiter les technologies de cartographie, de navigation et de trafic en temps réel de son partenaire pour développer son alternative à Google Maps.

Même si le partenariat n’a été révélé que le vendredi dernier, selon le porte-parole de TomTom, l’accord était scellé depuis un bon moment.

tomtom trafic
© TomTom

Huawei n’est pas le premier constructeur de smartphones à utiliser les technologies de TomTom pour développer une alternative à Google Maps. En 2012, lors du développement de Apple Maps, Apple s’est associé avec l’entreprise pour lui fournir les données de navigation. Mais, les choses ne se sont pas passées très bien au lancement de l’application à tel point que, Tim Cook a dû recommander les solutions concurrentes comme Google Maps en lieu et place de la solution maison. À l’époque, Apple Maps se trompait sur le nom des villes, des rues, et de direction. Même si le service s’est amélioré par la suite, en 2018 Apple a mis un terme à son contrat avec TomTom et collecte désormais ses propres données de cartographie.

Source : Reuters

tt ads