Finalement, Huawei ne va pas utiliser les données de OpenStreetMaps pour remplacer Google Maps. L’entreprise a préféré compter sur les technologies de TomTom.

Privé de licence Android à cause du Huawei ban, Huawei doit relever un défi majeur : trouver ou créer des alternatives à l’ensemble des applications et services de Google. Vu l’enracinement des services de Google dans Android, la tâche peut être qualifiée de titanesque. Mais, Huawei n’a pas été intimidé et s’est rapidement lancé dans la conception de son propre propre système d’exploitation, de son magasin d’applications (AppGallery) et de son alternative aux GMS.

Avec la sortie de ses prochains P40 qui approche, le géant chinois vient de signer un partenariat avec l’entreprise néerlandaise de cartographie TomTom. Selon les termes du Contrat, Huawei pourra exploiter les technologies de cartographie, de navigation et de trafic en temps réel de son partenaire pour développer son alternative à Google Maps.

Même si le partenariat n’a été révélé que le vendredi dernier, selon le porte-parole de TomTom, l’accord était scellé depuis un bon moment.

tomtom trafic
© TomTom

Huawei n’est pas le premier constructeur de smartphones à utiliser les technologies de TomTom pour développer une alternative à Google Maps. En 2012, lors du développement de Apple Maps, Apple s’est associé avec l’entreprise pour lui fournir les données de navigation. Mais, les choses ne se sont pas passées très bien au lancement de l’application à tel point que, Tim Cook a dû recommander les solutions concurrentes comme Google Maps en lieu et place de la solution maison. À l’époque, Apple Maps se trompait sur le nom des villes, des rues, et de direction. Même si le service s’est amélioré par la suite, en 2018 Apple a mis un terme à son contrat avec TomTom et collecte désormais ses propres données de cartographie.

Source : Reuters

Sur son prochain téléphone pliable, Samsung aurait en tête d’utiliser un écran en verre. La rumeur provient d’un leaker très fiable quant à ces types d’informations.

Il n’est plus un secret pour personne que Samsung prépare déjà un Galaxy Fold 2. Ce dernier devrait s’inspirer du RAZR de Motorola et s’ouvrir verticalement comme un téléphone à clapet. Récemment, nous avons eu droit à ce qui semblait être les premières photos de prise en main du téléphone qui ressemble beaucoup au Note10. Mais pour le moment, oublions les photos et intéressons-nous à l’écran, car il y a une rumeur qui circule sur sa conception.

En effet, selon un tweet du leaker Ice Universe faisant référence à l’une des images de la précédente fuite, Samsung aurait utilisé sur son Galaxy Fold 2 « un écran en verre ultra-fin ». Cet écran serait l’idéal pour les téléphones pliables, car elle permettrait d’avoir des écrans plus plats avec moins de risques de pliures.

Un écran en verre sur un téléphone pliable serait une vraie avancée. Actuellement, tous les téléphones pliables sur marché utilisent un écran en polymères plastiques. Ce dernier a tendance à s’enfler ou à montrer des signes de pliures avec le temps sur la ligne où se situe la charnière qui permet à l’écran de s’ouvrir et de se refermer sur elle-même.

Un défi technologique à la hauteur de Samsung

À l’état actuel des technologies d’affichage, il n’est pas impossible que Samsung puisse réaliser une telle prouesse. Le constructeur avait déposé en Europe depuis un certain moment, un brevet portant sur une technologie nommée « Samsung Ultra Thin Glass ». Outre cet aspect, il ne faut pas oublier que Samsung adore prendre des risques quand il s’agit d’innover. 2019 n’aurait pas été l’année des téléphones pliables si la marque n’avait pas décidé de prendre le risque d’ouvrir la marche. Donc, s’il décide de faire des téléphones pliables à écran en verre en 2020, cela peut bien devenir une réalité.

Cependant, il est vrai que tout ça fait rêver mais pour le moment, il ne faut pas oublier que l’information ne provient pas d’une source officielle. Le téléphone étant attendu au début de l’année prochaine, on a encore plusieurs semaines devant nous pour en avoir le cœur net.

Source : Ice Universe

L’entreprise aurait entamé des discussions avec plusieurs labels pour obtenir des droits semblables à celui de YouTube sur les clips de chansons. On ignore ses ambitions, mais le nom de son service de vidéo est au cœur des rumeurs.

Au fil des années, Facebook s’est transformé en intégrant plusieurs services à sa plateforme. Facebook Watch, son service dédié à la vidéo pourrait bientôt pendre une toute autre entre ampleurs. En effet d’après Bloomberg, le réseau social serait en train de négocier de nouveaux accords de licences auprès de Sony Music, Universal Music Group, et Warner Music Group. Ces licences devraient permettre à celui-ci d’accéder à des droits sur les clips vidéos.

Précédemment, l’entreprise avait acquis des droits offrant aux utilisateurs de sa plateforme d’inclure des chansons en arrière-plan de leurs publications vidéos. Si les négociations aboutissent, Facebook serait en mesure de proposer des vidéos officielles des chansons sur Watch. Sachant que le réseau social compte pas moins de 2 milliards de visiteurs mensuels, étoffer Watch avec des vidéos musicaux pourrait augmenter le temps passé sur la plateforme et attirer plus l’attention sur son service de vidéo.

Pour le moment, les intentions de Facebook ne sont pas encore trop claires, mais selon Bloomberg, l’entreprise aurait reçu des pressions de la part de plusieurs labels de musique pour proposer une alternative à YouTube. Ceux-ci accusent YouTube depuis des années d’être très laxiste en matière de protection des droits d’auteurs et d’être peu rentable malgré l’importance de la musique sur le service.

Cependant, même si Facebook compte deux milliards de visiteurs par mois, il est opportun de se demander s’il pourra faire de Watch une alternative viable de YouTube pour les chanteurs. Ceux-ci ont besoin d’assurer leur visibilité et Facebook a peut-être assez d’audience pour cela, mais il ne faut pas ignorer le fait que le réseau social soit de plus en plus délaissé à cause des scandales liés à la protection des données des utilisateurs. D’ailleurs, de plus en plus d’adolescents quittent le réseau social pour rejoindre des plateformes comme Tik Tok. Outre cet aspect, YouTube jouit d’un avantage majeur que Facebook n’a pas encore. Celui-ci étant un service de Google, il profite d’une visibilité énorme dans les résultats de recherche sur le moteur de recherche.

Source : Bloomberg

Samsung continue la reconquête du marché des smartphones d’entrée de gamme laissé pendant plusieurs années aux constructeurs chinois. Le Galaxy A01 est son dernier effort en ce sens.

Le Galaxy A01 n’a pas eu droit à un lancement en grande pompe comme ses aînés. En lieu et place, il a eu droit à une page de présentation sommaire sur le site du constructeur où, des informations comme le prix ou la date de mise en vente sont encore absents.

Avant de vous intéresser à son design, oubliez les téléphones à écran bord à bord. À l’avant, l’A01 a droit à un écran LCD Infinity-V de 5,7 pouces affichant une définition maximale de 720p. L’écran est un peu arrondi sur les bords et loge un capteur selfie dans son encoche en forme de V. La dalle ne couvrant pas tout la face avant, le téléphone a un énorme menton inférieur qui rappelle un peu les Pixels 3 de Google.

Galaxy A01 face et dos.
© Samsung

La photo sur le Galaxy A01 est confiée à trois capteurs photo. À l’avant, on a droit à un capteur de 5 Mpx ouvrant à f/2,0 tandis qu’à l’arrière, on a un capteur principal de 13 Mpx ouvrant à f/2,2 et un capteur secondaire de 2 Mpx ouvrant f/2,4.

La RAM et le stockage interne ne font pas du tout rêver

Pour fonctionner, le téléphone compte sur un SoC à 8 cœurs, dont 4, cadencé à 1,95 GHz et les 4 restant à 1,45 GHz. Même si l’on ne connaît pas le nom de la puce, on sait qu’il est couplé avec 2 Go RAM et un maigre stockage interne de 16 Go pouvant être étendu jusqu’à 512 Go grâce à une carte SD. L’alimentation est confiée à une batterie de 3000 MAh dont on ignore encore tout de la vitesse de charge et du type de chargeur.

Pour le moment, il n’y a aucune information quant à la version d’Android qu’il devrait embarquer. Mais, en nous basant sur son petit stockage interne et la RAM, il est plausible que la marque sud coréenne porte son choix sur une version d’Android Go. Du reste, le téléphone propose deux emplacements pour nano SIM, un port jack 3,5 mm pour écouter la radio.

L’A01 sera mise en vente à une date indéterminée en trois coloris : le vert, le bleu et le rouge. Le prix n’est pas encore connu, mais il est peu probable que Samsung demande plus de 200 € pour une telle configuration.

Source : Samsung

La warner vient d’annoncer la date de sortie de plusieurs de ses films à venir. Grosse surprise, Néo va faire son retour dans les salles obscures dès 2021.

Il est désormais plus que certain qu’on va avoir droit à un quatrième volet de Matrix. Même si l’on savait depuis un moment que Keanu Reeves était prêt à camper une nouvelle fois le personnage de Néo, on ignorait jusqu’à quand il fallait patienter pour voir tout ça devenir une réalité. Aujourd’hui, il semble qu’on n’aura pas à attendre très longtemps. En effet, ce mercredi Warner Bros a dévoilé la date de sortie de 12 de ses films sur la période 2020-2022. Parmi ceux-ci, nous avons Matrix 4 qui sortira le 21 mai 2021.

Bizarrement, la date prise par la Warner coïncide avec celle choisie par le studio Lionsgate pour la sortie de John Wick 4 où l’on retrouve encore Keanu Reeves dans le rôle principal. Parlant de rôles, on en sait encore très peu sur le casting de Matrix 4. Selon les rumeurs, Yahya Abdul-Mateen II (Aquamam et Watchmen), Neil Patrick Harris et Jessica Henwick (Game of Trones) vont rejoindre Reeves et Carrie-Anne Moss, qui sont les seuls membres des premiers films dont le retour a été confirmé. La productrice Lana Wachowski sera également de la partie.

Quant aux autres sorties majeures prévues par la warner, on a :

  • 7 février 2020 : Birds of Prey
  • 5 juin 2020 : Wonder Woman 1984
  • 11 septembre 2020 : The Conjuring : The Devil Made Me Do It
  • 15 Janvier 2021 : Mortal Kombat
  • 5 juin 2021 : The Batman
  • 6 août 2021 : The Suicide Squad
  • 22 décembre 2021 : Black Adam
  • 16 décembre 2022 : Aquaman 2
  • 1er juillet 2022 : The Flash (avec Ezra Miller)

Apparemment, il y a de quoi calmer notre impatience jusqu’à la sortie de Matrix 4. Les reboots ayant tendance à décevoir, croisons les doigts et prions pour qu’ils aient de très bonnes idées pendant l’écriture du film.

Source : Deadline

Oppo a présenté un nouveau concept de téléphone avec caméra selfie sous l’écran. Contrairement à la version précédente, la qualité des photos semble meilleure.

En voulant concevoir des téléphones aux écrans bord à bord, les constructeurs sont passés à l’encoche pour héberger les capteurs photo frontaux. Mais rapidement, l’encoche est passée de mode et ils ont commencé à réfléchir à comment faire disparaître celui-ci. Nous avons eu droit à pas mal de solutions astucieuses comme : les caméras pop-up, les appareils photo rotatifs… mais, la solution présentée aujourd’hui par Oppo pourrait être la meilleure.

Lors de son INNO DAY de cette année, la marque chinoise a dévoilé un nouveau prototype de smartphone avec capteur photo sous l’écran. Alors que le prototype du début d’année n’était pas vraiment convaincant, celui-ci est totalement acceptable. Le capteur placé sous l’écran n’est visible que lors qu’on regarde le téléphone de trop près ou quand on le regarde sous un certain angle. Pour aboutir à ce résultat, la partie supérieure de l’écran est conçue avec du verre assez transparent permettant à la lumière d’atteindre le capteur photo.

Le prototype de téléphone d'Oppo avec capteur selfie sous l'écran

Qu’en est-il de la qualité des photos ou des vidéos ?

Le capteur étant sous l’écran, les photos ne sont pas aussi claires que celles prises avec les capteurs normaux, mais la qualité n’est pas du tout mauvaise. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo du youtubeur Joshua Vergara ci-dessous, on a juste l’impression qu’il y a une petite surcouche de floue sur les images. Une IA bien rodée comme celui des Pixels de Google, pourrait facilement aider Oppo à venir à bout de ce problème.

Pour le moment, on ne sait pas quand la firme chinoise va commencer à utiliser cette technique sur ses téléphones. On peut être tenté de croire que les Oppo Reno3 pourraient en bénéficier à cause de la photo énigmatique partagée par le vice-président de la marque il y a peu, mais cela reste très improbable. Laissons 2020 venir pour voir ce qu’il en sera.

Source : YouTube

Microsoft vient d’annoncer le lancement de Teams sur Linux en version « public preview ». La société promet une expérience aussi poussée que sur Windows.

Le rapprochement entre Microsoft et Linux continue de s’accentuer. L’entreprise a annoncé aujourd’hui que son logiciel collaboratif “Teams” est désormais disponible pour les systèmes d’exploitation Linux. Les utilisateurs peuvent déjà télécharger les paquets Linux natifs dans les formats .deb ou .rpm. depuis la page dédiée. Mais pour le moment, il est disponible uniquement en version « public preview » ce qui implique qu’il peut toujours contenir quelques bugs.

Microsoft Teams: la première application Office pour Linux

Comme sur les versions Windows, macOS ou web, Microsoft promet que la version Linux « prendra en charge toutes les fonctionnalités de base Teams ». D’ailleurs, son interface est identique à ce qu’a l’habitude de voir sur les autres systèmes d’exploitation.

Gagner encore plus en présence auprès des entreprises

Même si Windows ou macOS sont très utilisés par les particuliers, les entreprises ou les universités ont tendance à utiliser les systèmes d’exploitation Linux. Teams sur Linux est l’appât parfait pour amener plus d’entreprises à adopter la solution logiciel de Microsoft face aux offres concurrentes. En effet, Slack l’un des plus gros rivaux de Teams est aussi disponible sur Linux même si son application est toujours en version bêta. En équilibrant la balance, désormais les entreprises qui boudaient Teams à cause Linux le feront moins.

Source : Microsoft

Le patron d’Amazon veut que son entreprise collabore encore plus avec l’armée. Pour lui, cela en va de la sécurité des États-Unis.

Il n’est plus un secret pour personne que les géants de la Silicon Valley tournent de plus en plus le dos aux contrats militaires pour des raisons d’éthiques ou surtout à cause de la pression de leurs employés. Mais, l’armée américaine peut toujours compter sur l’un de ses alliés de longues dates : Amazon. D’après Reuters, pendant le forum annuel sur la défense de cette année, Jeff Bezos le PDG d’Amazon aurait déclaré que : « Nous allons soutenir le ministère de la Défense, ce pays est important ».

Le soutien du patron d’Amazon peut pour le moins paraître étonnant. En effet, il y a moins d’un mois, après avoir perdu un contrat de militaire de 10 milliards de dollars face à Microsoft, son entreprise a intenté un procès à l’encontre du ministère de la Défense. Cependant, l’homme d’affaires semblent avoir parlé ainsi à cause de son amour pour sa patrie, car il n’a pas manqué d’ajouter que le pays serait « dans une situation très difficile » si « les grandes entreprises technologiques tournent le dos au ministère de la Défense ».

Il est évident que les salariés d’Amazon auront beaucoup du mal à pousser leurs patrons à rompre avec l’armée comme Google a dû le faire. D’ailleurs, Amazon n’est pas la seule firme qui ne compte pas lâcher l’armée. Microsoft par exemple, n’a pas hésité à fournir ses HoloLens à l’armée malgré la vive contestation de ses employés qui ne voulaient pas que le fruit de leur travail soit utilisé pour la guerre ou l’oppression.

Source : Reuters

Le téléviseur sera commercialisé en Inde à partir du 10 décembre par Flipkart. Comme la plupart des smart TV sur le marché, il tourne sous Android TV.

Il est difficile d’associer Nokia à autre chose qu’à des téléphones. Il suffit de prononcer le nom à côté de quelqu’un, pour qu’il sache que vous allez parler d’un téléphone. Mais désormais, ça, c’est du passé. L’entreprise de e-commerce indien Flipkart vient d’officialiser en Inde le premier smart TV Nokia. Conçu par Flipkart, le téléviseur est estampillé « Nokia » à cause d’un partenariat entre les deux sociétés. Celui-ci sera mis en vente dès le 10 décembre prochain au prix de 41 999 ₹ (588 $).

smart tv nokia 55 pouces

Le Nokia 55CAUHDN, est doté d’un écran LED UHD 4K de 55 pouces avec une fréquence de rafraîchissement de 60 Hz et supporte le HDR et le Dolby Vision. Tournant sous la version 9 d’Android TV, il équipé d’un processeur quad-core épaulé par 2,25 Go de RAM et 16 Go de stockage interne, du wifi et du Bluetooth. Pour s’assurer que l’expérience sonore soit parfaite, le téléviseur est alimenté par un système de son de deux haut-parleurs JBL de 24 watts, compatible DTS TruSurround et Dolby Audio. En ce qui concerne les connectiques, il compte sur trois ports HDMI et deux ports USB (2.0 et 3.0) et est vendu avec une télécommande Bluetooth compatible avec Google Assistant pour le contrôle vocal.

Le marché indien est de plus en plus prisé par les constructeurs pour lancer leurs téléviseurs les moins chers. Il serait très intéressant de voir quelle Nokia pourra se faire face à des marques bien établies dans le pays comme Samsung et Xiaomi.

Source : Notebookcheck